3 choses à savoir sur « Malbouffe sans frontières », le doc qui coupe franchement l’appétit sur France 5

On nous rend accro par des moyens habilement détournés Au Brésil, Coca-Cola organise un concours scolaire pour faire gagner de l’argent aux établissements participants. Pendant ce temps, Ronald, le clown de McDonald’s, est engagé pour distraire des petits de maternelle. Ces pratiques rigoureusement interdites en ne semblent gêner personne au Brésil puisque, comme le pointent les industriels, les produits de ces marques ne sont pas montrés. L’effet est en fait plus pervers : en associant leurs mascottes à des jeux, les marques veulent séduire puis fidéliser les jeunes, leur cœur de cible, par des moyens détournés.

 

Ce sont les classes moyennes des pays émergents qui prennent le plus cher Quand un nouveau centre commercial ouvre à Calcutta, les Indiens parlent de « temple de la gastronomie ». Au menu : KFC, McDo et Domino’s Pizza. Dans ce pays, il n’y a aucune obligation d’informer les clients sur le contenu nutritionnel de ce qu’ils mangent, et pour cause : après analyse comparée, les produits de fast-food indiens sont trois fois plus gras et sucrés que leurs équivalents français. Conséquence : alors qu’une bonne partie de l’Inde souffre encore de malnutrition, la classe moyenne émergente subit une épidémie d’obésité. Et comment qualifier de gastronomiques ces Domino’s pizzas truffées d’huile ?

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !