Acrylamide = cancer

Voici un composé chimique qu’il va vraiment falloir éviter afin d’augmenter notre risque de cancer !

L’acrylamide est une substance chimique qui se forme naturellement dans les aliments riches en amidon au cours des processus de cuisson à haute température au quotidien (friture, cuisson au four, rôtissage, mais aussi transformation industrielle à + 120 ° C et faible humidité). Il se forme majoritairement à partir des sucres et des acides aminés (principalement l’asparagine) naturellement présents dans de nombreux aliments. Le principal mécanisme chimique à l’origine de ce processus est appelé la réaction de Maillard; c’est également cette réaction qui confère une couleur dorée aux aliments et affecte leur saveur.

Cependant il n’est pas sans conséquences :

Les données issues des études animales démontrent que l’acrylamide et son métabolite, le glycidamide, sont génotoxiques et cancérigènes: ils endommagent l’ADN et provoquent le cancer. Dans les études sur l’homme, les preuves qui démontreraient qu’une exposition alimentaire à l’acrylamide provoque le cancer sont actuellement limitées et non concluantes.

L’acrylamide est présent dans un large éventail d’aliments consommés au quotidien, ce problème se pose pour tous les consommateurs, mais les enfants sont le groupe d’âge le plus exposé proportionnellement à leur poids corporel. Les catégories alimentaires qui contribuent le plus à l’exposition à l’acrylamide sont les produits frits à base de pommes de terre, le café, les biscuits, les biscuits salés, les pains grillés, biscottes et pain mou.

Les conseils scientifiques formulés par l’EFSA aideront les décideurs au niveau national et au niveau de l’UE à considérer les mesures possibles pour réduire encore l’exposition des consommateurs à l’acrylamide dans les aliments. Celles-ci pourraient inclure, par exemple, des conseils sur les habitudes alimentaires et les modes de cuisson à domicile, ou encore des contrôles au niveau de la production alimentaire commerciale; toutefois l’EFSA ne joue aucun rôle direct dans les décisions portant sur de telles mesures.

Autant dire qu’il sera préférable de bannir les produits qui en contiennent et qu’on soit le plus formellement informé par notre gouvernement.

Pour arrêter ça il faut partager !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>