Les agriculteurs américains reviennent du « tout-OGM »

La période n’est effectivement pas propice aux dépenses inutiles : depuis quelques années, le monde consomme moins de maïs, de soja et de blé qu’il n’en produit. Conséquence : le prix du maïs a fondu de moitié depuis son pic de 2012, passant brutalement de 8 à 4 dollars le boisseau. C’est aussi le cas du soja, dont les prix ont chuté de 46 % sur trois ans. Il y a peu de raisons de penser que les prix remontent en flèche au cours des cinq prochaines années, prévient le ministère de l’Agriculture. Les revenus des agriculteurs s’en ressentent : ils ont chuté de 42 % en trois ans (2013-2016), selon le ministère.

 

Il y a comme un vent de fronde au royaume des OGM. Plombés par la baisse des prix céréaliers, certains agriculteurs américains se demandent s’ils ont toujours intérêt à cultiver des organismes génétiquement modifiés, qui leur coûtent jusqu’à deux fois plus cher à planter que des semences classiques. Loin des préoccupations européennes sur la santé publique et la biodiversité, le débat sur les OGM qui est en train de naître aux Etats-Unis tient donc à un tout autre aspect : le retour sur investissement.

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !