L’entourloupe des OGM

Un rappel s’impose. Les modifications génétiques de certaines espèces (maïs, soja, colza, pomme de terre…) confèrent à celles-ci le pouvoir de résister à des ennemis naturels comme la pyrale du maïs ou le virus de la pomme de terre, mais aussi à des herbicides. D’autres modifications génétiques devraient permettre de cultiver des espèces dans des zones arides. D’où la « promesse » du semencier : on pourra ainsi nourrir le tiers-monde. Énoncée avec emphase, cette propagande servit surtout à justifier une course au profit et une volonté dominatrice d’autant plus implacable que les grandes firmes semencières ont mis au point des semences stériles.

 

Au sujet des OGM, gardons en tête cette promesse faite par Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, dans une interview au Journal du Dimanche : « Vouloir mettre en coupe réglée les semences de la planète, c’est une violence absolue. Je serai un garde-fou intraitable. » Sa déclaration visait clairement les grandes firmes comme Monsanto, puissant lobby pro-OGM.

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !