L’Europe déçoit sur les perturbateurs endocriniens

Exclusions. Ces critères s’appliquent dans le domaine des produits phytopharmaceutiques (, fertilisants) et biocides (désinfectants ménagers, produits anti-salissures). Les autres perturbateurs endocriniens, bisphénols A, phtalates, parabens, perfluroés font ou feront l’objet d’autres procédures.

 

Ils sont suspectés d’altérer la reproduction humaine, de créer des troubles neurologiques et de favoriser le diabète ou les troubles immunitaires. Eux, ce sont les perturbateurs endocriniens : des molécules largement utilisées mais qui n’avaient toujours pas de « définition officielle » au niveau européen. Avec près de trois ans de retard, la Commission a enfin présenté les critères pour les identifier.

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !