Nos fraises aux saveurs de perturbateurs endocriniens

Après analyse par un laboratoire indépendant voici ce qui se cache dans nos fraises vendues en France de provenance France ou Espagne :

Sur 49 échantillons analysés, 91,83% contenaient un ou des résidus de pesticides et au total, 71,42% des échantillons contenaient des pesticides PE ! (35/49)

  • 65,38% des échantillons français ont au moins un résidu de pesticide PE (17 /26)
  • 78,26% des échantillons espagnols ont au moins un résidu de pesticide PE (18 /23)

PE (Perturbateur Endocrinien)

Alors déjà les pesticides c’est pas l’idéal mais ceux qui ne sont plus autoriser à l’utilisation ont également été retrouvé en France comme en Espagne… :

Des produits interdits.Ces analyses ont également révélé la présence de résidus de pesticides interdits ou interdits d’usage sur la fraise dans les pays de production (France ou Espagne). Pesticides interdits en Europe:

  • 2 échantillons français sur 26 (soit 7.69%) contenaient de l’endosulfan, un insecticide organochloré interdit en Europe depuis 2005 et inscrit sur la liste des Polluants Organiques Persistants devant être éliminés au niveau mondial dans le cadre de la convention de Stockholm, convention mise en œuvre sous l’égide de l’ONU.
  • 2 échantillons espagnols sur 23 (soit 8.69%) contenaient du carbosulfan, un insecticide interdit en Europe depuis 2007 !

Pour rappel :

Selon la Commission européenne un perturbateur endocrinien est « une substance ou un mélange exogène, altérant les fonctions du système endocrinien et induisant de ce fait des effets néfastes sur la santé d’un organisme intact, de ses descendants ou de sous-populations ».

Alors voilà, arrive le temps des fraises comme chaque année et le choix est très difficile maintenant que l’on connait le risque de tomber sur des fraises comportant des résidus de pesticides agissants comme des perturbateurs endocriniens.

Ne pas changer nos choix nous amènerait à perdre la tête à cause de ces perturbateurs endocriniens… Alors essayer de les consommer en bio.

Cependant pour certains c’est encore compliqué de trouver et d’acheter des fraises bio… Alors mieux vaut ainsi faire attention aux quantités que vous consommer quotidiennement afin de limiter les risques.

Finalement en diminuant notre consommation de fraises « pesticidées », les agriculteurs opteront pour un modèle de production bio et de meilleur qualité pour vendre leurs récoltes.

source : www.anses.fr

Pour arrêter ça il faut partager !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>