Plus de 50 000 tonnes de produits impropres à la consommation saisies en 2015

Il n’est pas rare de tomber sur des produits impropres à la consommation sur nos marchés. Des viandes aux intrants agricoles, en passant par les additifs destinés à l’industrie agroalimentaire, les produits de la pêche, les produits laitiers et ceux de la ruche, le problème concerne tout ce qui constitue directement ou indirectement notre alimentation quotidienne. Il se pose avec acuité dans les grandes villes, principalement à Casablanca, Marrakech, Oujda, Agadir, Rabat, Fès et Tanger. Les quantités saisies sont en constante augmentation. On ne sait pas s’il faut imputer cette hausse au renforcement des contrôles ou à la vitalité des fraudeurs, mais d’après les chiffres de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), communiqués en exclusivité à La Vie éco, «plus de 50 000 tonnes de produits animaux et végétaux ont été saisies et détruites en 2015».

 

L’essentiel des saisies portent sur les produits végétaux, les viandes blanches et les abats de viandes rouges. Les contrevenants exercent principalement dans le circuit légal. Faute de moyens suffisants, et parfois pour une question de prérogative, l’ONSSA ne peut quadriller tout le territoire.

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !