Sécurité alimentaire : se nourrir c’est mourir un peu ? Sécurité alimentaire : se nourrir c’est mourir un peu ?

Pourquoi les aliments ultra-transformés sont-ils cancérogènes ? Y a-t-il des risques liés aux additifs alimentaires ? Comment sont établies les doses journalières admissibles de ces additifs ? Quelles sont les traces de substances chimiques qu’on peut trouver dans les aliments ?

Se nourrir sans mettre en danger sa santé est-il devenu une sorte de sport de combat, à en croire les multiples scandales alimentaires qui émaillent régulièrement l’actualité, salmonelle dans le lait, fipronil dans les œufs, à toutes les sauces et perturbateurs endocriniens en dessert. Notre nourriture quotidienne serait une sorte de cocktail toxique de produits chimiques, d’adjuvants toxiques et nous tuerait à petit feu et pourtant, jamais notre espérance de vie n’a été aussi longue, et jamais nous n’avons vécu autant en bonne santé qu’aujourd’hui. Alors que faut-il croire ? Mangeons nous mieux, ou plus mal qu’avant ? Est-il vraiment si compliqué de manger sainement ?

Sécurité alimentaire : se nourrir, c’est mourir un peu : c’est le problème qui va nous occuper dans l’heure qui vient.

Et pour examiner dans les moindres détails le contenu de nos assiettes, nous avons le plaisir de recevoir Marion Guillou, présidente d’Agreenium, l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier d’Île de France et Marie-Hélène Schwoob, ingénieure agronome, chercheure à l’Institut du développement durable et des relations internationales.

Ecoutez le reportage :

Pourquoi les aliments ultra-transformés sont-ils cancérogènes ? Y a-t-il des risques liés aux additifs alimentaires ? Comment sont établies les doses journalières admissibles de ces additifs ? Quelles sont les traces de substances chimiques qu’on peut trouver dans les aliments ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-du-lundi-26-mars-2018

 

Pour arrêter ça il faut partager !