La transparence alimentaire comme argument commercial

Cet appel à plus de transparence a été entendu par le groupe Auchan, qui s’engage au cours de l’année à mentionner l’origine de la viande et du lait entrant dans la composition des produits transformés à sa marque. Cela va représenter 2.343 références et un budget d’un peu moins de deux millions d’euros pour actualiser les emballages. En annonçant cette mesure, le groupe Auchan entend redonner confiance aux consommateurs Français en leur apportant une information claire sur leur alimentation. A eux, ensuite, d’exercer leurs arbitrages en choisissant origine France, ou origine indéterminée.

 

Trois ans après le scandale des lasagnes au cheval, plusieurs enquêtes ont montré que les Français se sentaient toujours mal informés sur l’origine des viandes dans les plats préparés. Et pour cause la réglementation n’impose rien. Bruxelles, sous le poids des lobbies, n’a pas réussi à faire bouger les choses. Dans ce domaine rien n’oblige un fabricant à indiquer l’origine des viandes au grand dam des consommateurs. Et c’est dans ce combat pour la transparence que l’UFC Que choisir, la FNSEA, Les jeunes agriculteurs et Coop de France ont lancé une pétition à l’occasion du dernier salon de l’agriculture, pour demander aux fabricants d’indiquer l’origine des viandes dans les plats préparés.

 

 

Pour arrêter ça il faut partager !